FIBRE OPTIQUE - TEST D'ÉLIGIBILITÉ ET SOUSCRIPTION : 09 75 18 80 51 (lundi-vendredi 8h-21h ; samedi 9h-19h ; dimanche 9h-17h)

Déploiement fibre : comment fonctionne la fibre optique ?

Déploiement Fibre en France

La fibre optique est la technologie la plus rapide pour les connexions internet fixe en très haut débit. Son déploiement est très rapide et poursuit fortement en 2021. A l’heure actuelle, l'ADSL est encore légèrement majoritaire en France avec 14,5 millions d'inscrits. Ce chiffre baisse chaque année et le déploiement de la fibre de bout en bout (FTTH), selon le dernier rapport de l'Arcep de juin 2021, annonce 11,4 millions d'abonnés, soit 4 millions de plus que l'année précédente. Apprenez-en plus sur le déploiement de la fibre optique dans ce guide.


  • L'essentiel
  • Le déploiement fibre passe par différentes étapes de raccordement pour donner l'accès fibre aux abonnés.
  • Il existe deux modes de déploiement fibre optique : les réseaux FTTH et les réseaux FFTLA et FTTDP.
  • La fibre se déploie selon les directives du Plan France Très Haut Débit pour couvrir le territoire français.
  • La couverture fibre est régulièrement mise à jour par l'ARCEP qui informe des derniers chiffres.

Déploiement fibre : les derniers chiffres de 2021

Lancé il y a maintenant 8 ans, le déploiement des réseaux en très haut débit avance vite. D'après l'Observatoire du Haut et Très Haut Débit de l'Arcep, qui publie chaque trimestre ses derniers chiffres, le nombre total de logements éligibles aux offres en très haut débit représente au en mars 2021 plus de 29,95 millions de logements.

De plus, on note une augmentation de logements éligibles sur réseaux en fibre optique de bout en bout (FTTH). Il y a désormais 11,44 millions d'abonnements FTTH au premier trimestre 2021 et 15,7 millions d'abonnés au Très Haut Débit (toutes technologies confondues avec une connexion de plus 30 Mbit/s).

L'ARCEP a relevé qu'il y a désormais plus d'abonnés très haut débit (>30 Mbit/s) que haut débit (ADSL), puisqu'on compte 15,7 millions d'abonnements THD contre 15,1 millions de clients haut débit. Cet inversement de tendance va continuer à s'accentuer au fil des années.

Selon un rapport datant de 2019, les inégalités de qualité de connexion internet continuent de subsister selon les communes françaises. Ainsi, si 34,8% de la population dispose d'une connexion de plus de 100 Mbps (fibre optique), 17,4% entre 30 et 100 Mbps (VDSL, 4G, satellite, radio...) et 28,6% entre 8 et 30 Mbps (ADSL), il en reste encore 9% entre 3 et 8 Mbps (tout juste suffisant pour avoir la télévision), 9,5% sous les 3 Mbps (trop faible pour avoir la TV) et 0,6% sans connexion Internet haut débit.

La carte ARCEP fibre de l'avancement du plan France Très Haut Débit pour chaque commune est à retrouver sur cartefibre.arcep.fr et permet de voir en détail l'état du déploiement de la fibre sur le territoire.

Le déploiement de la fibre optique dans le cadre du plan France Très Haut Débit (THD)

Dans l’optique de couvrir l’intégralité du territoire en fibre optique et de raccorder la quasi-totalité des foyers français au très haut débit (THD), l’État a lancé depuis 2013 le Plan France Très Haut Débit. Ce dernier vise à étendre la couverture fibre optique à l'ensemble du territoire métropolitain d'ici 2023, même si des acteurs majeurs du milieu pensent que cette date reste très optimiste.

Ce Plan France Très Haut Débit a été décidé très exactement en février 2013 par le gouvernement, l'Arcep et l'aide des quatre opérateurs : Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free. Il vise à couvrir l'intégralité du territoire en Très Haut Débit (vitesse min de 30 Mbit/s)

Ce projet de développement du THD s’appuie sur les technologies disponibles pouvant atteindre cette vitesse : la fibre avec terminaison coaxiale FTTLA, la fibre de bout en bout (FTTH) et le THD Radio (WiMax). L'investissement total pour ce projet d'envergure est estimé à 20 milliards d’euros en dix ans et se tourne surtout vers le développement fibre comme nous l'avons vu plus haut. Cette somme est partagée entre l’État, les collectivités territoriales et les opérateurs privés.

L'ARCEP publie régulièrement des chiffres faisant étant de l'avancement du très haut débit en France, ainsi qu'une carte fibre optique affichant la couverture fibre de manière précise.

Test d'éligibilité Fibre OrangeVous cherchez une offre internet ? Testez votre éligibilité chez Orange pour savoir quelles offres Livebox sont disponibles pour votre logement.

Sur le site d'Orange

Le rôle des acteurs dans le déploiement du THD

L’État participe à ce plan de déploiement ambitieux grâce à des subventions à hauteur de plusieurs milliards d’euros ainsi qu’une aide technique pour développer le réseau physique de fibre optique. De même, les collectivités territoriales participent au plan France Très Haut Débit par l’intermédiaire de subventions et de financements.

Les opérateurs privés investissent également quelques milliards dans le plan de déploiement de la fibre optique et réalisent également une partie des travaux d’installation.

Parfois, des accords de co-investissements sont signés entre deux opérateurs telecom pour déployer la fibre dans un territoire défini : un des opérateurs investit et déploie les infrastructures fibre pour les louer à l'autre fournisseur.

Le déploiement fibre en “zones conventionnées” et dans les Réseaux d’Initiative Publique

Le plan THD a créé deux types de zones de déploiements distinctes, les “zones conventionnées”, raccordées par les opérateurs privés, et les Réseaux d’Initiative Publique, pris en charge par l’État et les collectivités locales.

Les “zones conventionnées”

Ce sont des zones pour lesquelles les opérateurs privés ont manifestés leur intention d’investir. Le plan THD prévoit que ces derniers s’engagent à étendre le réseau THD en FTTH d’ici à 2022. Ces engagements ont été pris grâce à une convention tripartite signée par les opérateurs privés, l’État et les collectivités territoriales. Elle permet notamment aux élus de définir des zones prioritaires de raccordement et d’effectuer un suivi des déploiements.

Les “zones conventionnées” représentent 55% de la population et nécessitent, pour le déploiement de la fibre optique, un budget estimé entre 6 et 7 milliards d’euros qui n’est pas composé de subventions publiques. Elles donneront des réseaux privés ouverts et mutualisés entre tous les opérateurs.

Les Réseaux d’Initiative Publique (RIP)

Le plan France THD accompagne le déploiement des RIP lorsque l’initiative privée n’est pas suffisante. Ce déploiement de la fibre optique représente 43% de la population et s’effectue grâce à un mix mélangeant plusieurs technologies (FTTH, technologies hertziennes, service de montée en débit).

L’investissement prévu pour les réseaux d’initiative publique est estimé entre 13 et 14 milliards d’euros. Cet investissement est financé pour moitié par les recettes d’exploitation des RIP et le cofinancement des opérateurs privés.

Le reste du financement se fait par l’État sous deux formes :

  • Une enveloppe de subvention de 3,3 milliards d’euros.
  • Une enveloppe de prêt longue durée (40 ans) à taux faible.

Déploiement fibre optique : les étapes de raccordement

Pour raccorder un logement à la fibre optique, il faut passer par deux étapes de déploiement fibre optique. Le premier consiste à amener la fibre optique jusqu’à un immeuble ou un noeud de raccordement optique, dans le cas d’une maison. Le deuxième consiste à déployer la fibre jusqu’au logement, depuis un point de branchement optique. Ces deux étapes permettent de comprendre comment fonctionne la fibre optique et comment en bénéficier chez soi.

Le déploiement de la fibre jusqu’au NRO

Avant de pouvoir raccorder un immeuble ou une maison à la fibre optique, il faut d’abord que la fibre optique soit déployée depuis les réseaux barebones jusqu’aux noeuds de raccordement optique. Il s’agit des locaux où convergent les lignes des abonnés d'un même quartier ou d'une même ville. Il est comparable au NRA pour les lignes téléphoniques et ADSL, ces dernières utilisant la boucle locale de cuivre.

Ainsi, de la même manière qu’un central téléphonique où sont centralisées les paires de cuivre du réseau commuté (RTC) et les équipements ADSL (DSLAM), le NRO regroupe les câbles de fibre optique déployés par Orange et le terminal de ligne optique (OLT). A la différence des NRA, tous les NRO ne sont pas la propriété d’Orange. Les autres opérateurs installent en effet eux-mêmes leurs propres NRO, et chaque opérateur peut louer un emplacement de NRO aux autres.

L’OLT est le seul équipement actif qui fait la jonction entre le réseau de distribution locale (permettant le raccordement des logements) et le réseau national de collecte optique.

Déploiement fibre optique : raccordement d'un immeuble à la fibre

Pour raccorder un immeuble à la fibre optique, il faut avoir l’aval du syndic de copropriété. Ce genre de décision se prend lors de l’assemblée générale des copropriétaires qui a lieu en général une fois par an. Lorsque la décision est prise, une convention est signée avec un opérateur.

C'est lui qui installe la fibre en premier lieu dans l'immeuble. Il va, via des points de mutualisation raccordés aux points de branchement optique, déployer la fibre dans les parties communes de façon verticale. Il va proposer aux habitants de l’immeuble l’installation de prises terminales optiques permettant ainsi de raccorder leur logement. L’opérateur ayant déployé la fibre dispose alors d’un monopole temporaire.

Il est nécessaire, pour bénéficier d’internet par la fibre optique, de faire installer dans son logement une prise optique par un technicien.

Déploiement de la fibre optique pour les maisons individuelles

Si la plupart des logements raccordés à la fibre optique se trouvent dans des immeubles, les maisons peuvent également être raccordées à la fibre optique. En effet, la fibre optique est déployée dans de plus en plus de quartiers pavillonnaires et zones moins denses.

Ainsi une maison est raccordée à la fibre optique dès lors qu’un technicien établit une liaison fibrée entre le domicile et le noeud de raccordement optique qui se situe dans le quartier. Cette liaison peut s'effectuer, selon éligibilité directement par des câbles de fibre optique (FTTH), ou via une terminaison par câble coaxial (FTTLA) ou cuivre (FTTDP).

Vous souhaitez savoir si vous êtes éligible à la fibre optique (FTTH ou FTTLA) ? Laissez-vous guider afin de profiter de l'offre partenaire la plus adaptée à vos besoins en fonction de votre éligibilité..

Info - Souscription au 09 75 18 80 51

Les modalités de déploiement fibre optique : fibre FTTH ou câble coaxial FTTLA et FTTDP

Dans le cadre d'un déploiement fibre optique, il faut bien distinguer les deux sortes de connexions en fibre optique actuellement utilisées par les opérateurs télécoms. Il s'agit d'abord de la fibre optique FTTH (ou bout à bout), celle-ci reliant directement le logement avec la fibre et elle n'est pas divisée entre plusieurs logements.

Le deuxième type de fibre optique qui existe est la fibre avec une terminaison câble, cette dernière arrive au bas d'un immeuble ou au début d'une rue et arrive ensuite jusqu'au logement via un câble coaxial ou cuivre (FTTDP), plus rare. La fibre FTTLA n'est pas aussi puissante que la fibre FTTH mais permet tout de même d'atteindre un très bon débit.

Ce réseau est développé par SFR et constituait auparavant une part non négligeable des connexions en fibre optique en France mais désormais la fibre FTTH est largement majoritaire : plus de 11,44 millions de logements connectés en FTTH contre 0,96 million pour la fibre FTTLA selon l'Observatoire de l'Arcep du 4 juin 2021.

Pour en savoir plus sur les différences entre ces différentes technologies, découvrez notre guide consacré aux différences entre la fibre FTTH, FTTLA et FTTDP.

Bon plan
Exclusivité - Jusqu'au 15 août
Profitez d'une offre Box et Mobile négociée par Selectra
Offre Box Internet complète à partir de 16,99€/mois, avec forfait mobile en option

Voir l'offre

Commentaires