Infos - Souscription

09 75 18 80 51

[Brève] Le web et les réseaux lors de l'attentat de Nice

Hier soir, le web a participé aux secours des victimes de Nice, à l'instar de ce qui s'est passé à Paris en novembre dernier.

Hier soir, à la fin du feu d'artifice pour la Fête Nationale à Nice, un camion est venu frapper les spectateurs.

Comme à Paris en novembre dernier, les réseaux sociaux ont permis de suivre les attaques de Paris mais également de créer un grand élan de solidarité.

Sur les réseaux sociaux, en particulier Twitter, plusieurs hashtags se sont développés dans plusieurs optiques :

  • #NiceAttentat pour suivre les dernières nouvelles
  • #PortesouvertesNice pour fournir ou trouver des lieux en sécurité aux personnes se trouvant dans les zones touchées
  • #PrayForNice pour dire sa compassion au niveau mondial

Sur Twitter, à défaut d'un compte officiel pour la préfecture, le compte du Ministère de l'Interieur (@place_beauvau) a transmis les consignes de sécurité et le dépôt de témoignage en ligne.

Facebook a activé son système de signalement des catastrophes. Ce service permet aux utilisateurs de Facebook dans le rayon des événements de signaler s'ils sont en sécurité ou non. Les amis Facebook sont ainsi informés si leurs amis sont en sécurité ou non. Ce système a été utilisé dans plusieurs catastrophes récentes comme le Népal, le Chili et le Japon.

Le moteur de recherche Google a vu une explosion des requêtes sur le mot Nice. Pendant les évènements, Google a offert les appels depuis son application Hangout.

Côté réseau télécom, la nuit du jeudi a été particulièrement chargée. Outre la saturation des antennes-relais proches de la Promenade des Anglais, ces dernières donnaient priorité aux communications urgentes (pompiers, police/gendarmerie, SAMU...). L'utilisation de la VoIP et les communications fixe (derrière une box ou depuis une ligne fixe) était à privilégier pour ne pas saturer les réseaux mobile. Les SMS étaient aussi recommandés pour communiquer.

L'application du Ministère de l'Intérieur, SAIP (Système d'alerte et d'Information des populations), a brillé par son inutilité. Vers 1h30, soit près de 2h après l'événement, l'application signale l'évènement.