Plus de 16 millions d'abonnés à la fibre FTTH pour 35 millions de prises éligibles en Très Haut Débit

16 millions d'abonnés à la fibre FTTH
L'ARCEP a publié son observatoire du haut et très haut débit pour le deuxième trimestre.

Au deuxième trimestre 2022, l'ARCEP confirme la domination des abonnements Très Haut Débit (VDSL, 4GBox, FTTLA et FTTH) sur les abonnements Haut Débit (ADSL, satellite, radio WiMax,...), constate l'ARCEP. La migration de l'ADSL vers la fibre FTTH a été très importante, notamment grâce au déploiement des RIP dans les zones peu denses.

L'Autorité de Régulation des Communications Electroniques, Postales et de la distribution de la presse (ARCEP) a publié son observatoire du haut et très haut débit pour le deuxième trimestre. Les cartes et les données sont mises à jour.

Plus d'abonnés FTTH que d'abonnés Haut Débit

Dans le domaine des télécoms, les abonnements fibre FTTH sont le moteur de gain d'abonnés chez les opérateurs.

Le nombre d'abonnements haut et très haut débit atteint 31,729 millions d'abonnés, en hausse de 111 000 sur les trois derniers mois. Ce trimestre, les abonnements Très Haut Débit (19,957 millions, +689 000) dépassent les abonnements Haut Débit (11,772 millions, -1,2 million). L'ADSL reste le deuxième type de connexion en France avec 11,117 millions d'abonnés. Mais les abonnés ADSL migrent progressivement vers le très haut débit, avec une baisse de 569 000 abonnés.

Progression des abonnements Haut Débit et Très Haut Débit
Progression des abonnements Haut Débit et Très Haut Débit

La fibre FTTH confirme sa position de connexion leader avec plus de 16 millions d'abonnés (16,303 millions) avec 823 000 nouveaux abonnés. Le câble fibré (FTTLA) de SFR-Numericable passe sous le million d'abonnés (974 000) avec une perte de 65 000 abonnés. Le Très Haut Débit intermédiaire (30 < 100 Mbit/s), regroupant le VDSL 2, le câble, la 4G Fixe et le THD radio, baisse de 72 000 nouveaux abonnés, passant à 2,680 millions d'abonnés.

Les abonnés DSL ont décidé de basculer sur la Fibre lorsque cette dernière est présente. De plus, les opérateurs de détail (Orange, SFR, Free, Bouygues Telecom,...) ont fortement augmenté leurs éligibilités fibre grâce aux opérateurs d'infrastructure (Orange, Xp Fibre, Axione, Altitude Infrastructure,...), en fond propre pour les opérateurs privés en ZTD, les zones AMII ou AMEL ou via les RIP des collectivités territoriales.

Les réseaux fibre, moteur du déploiement THD

En général, le Très Haut Débit est disponible dans 35,030 millions de locaux, en hausse de 480 000 lignes. Orange maintient son réseau cuivre VDSL avec 5,95 millions de lignes éligibles tandis qu'Altice France (SFR) maintient le réseau de Numericable à 9,190 millions de lignes que ce soit entre 30 et 100 Mbit/s (97 000) et au-delà de 100 Mbps.

Progression du déploiement FTTH suivant les zones (très denses, moins denses AMII, peu denses AMEL et peu denses RIP)
Progression des déploiements FTTH suivant les zones (ZTD, ZMD AMII, ZPD AMEL et ZPD RIP)

La FTTH

Le déploiement de la fibre FTTH a augmenté de 1,2 million, à 32 millions de prises éligibles, sur les 41 millions de prises à couvrir. Les zones très denses (ZTD) représentent 7,3 millions de prises, en hausse de 85 000, sur les 7,4 millions de prises à couvrir.

Mais l'ARCEP constate des disparités locales en ZTD : Paris et Lyon atteignent 96 et 95% de couverture en FTTH alors que Marseille et Lille atteignent 76% et 71%.

Les zones AMII

Les zones AMII (Appel à Manifestation d'Intention d'Investissement) est devenue une priorité pour les opérateurs avec 254 000 nouvelles prises, portant le total à 15,6 millions de prises éligibles. Dans cette zone, Orange et SFR (puis SFR FTTH puis Xp Fibre) ont pris les engagements de les couvrir à 100% d'ici la fin de l'année 2020, mais les différents confinements ont augmenté les délais.

Ce trimestre, Orange a couvert 205 000 prises supplémentaires, soit plus de 11,635 millions de prises sur les 12 millions de prises à couvrir. Cela correspond à 87% de l'obligation, tandis que Xp Fibre a couvert 33 000 prises supplémentaires, soit 2,919 millions, au-delà de l'obligation.

Les zones AMEL

En plus des zones AMII, l'ARCEP observe les zones AMEL (Appel à Manifestation d'Engagements Locaux). A l'instar d'une zone AMII, un opérateur privé propose de financer et d'installer un réseau FTTH dans la zone d'une collectivité locale, notamment un département, à la place de cette dernière en RIP.

Les AMEL concernent la Côte d'Or (25 000 prises/60 000) et les Landes (30 000/110 000) pour Altitude Infrastructure, Lot-et-Garonne (30 000/80 000), l'Haute-Vienne (8 000/60 000), Vienne et Deux-Sèvres (5 000/150 000) pour Orange Concessions et Saône-et-Loire (30 000/100 000), Savoie (20 000/250 000), Eure-et-Loire (48 000/70 000), Nièvre (35 000/65 000), Alpes de Haute-Provence, Hautes-Alpes et Bouche-du-Rhône (190 000/300 000) pour Xp Fibre (SFR FTTH et Covage).

Les zones RIP

En zone RIP, les déploiements gardent le rythme : 9,2 millions de prises éligibles avec 837 000 nouvelles prises.

En début d'année, l'intégration de Covage (973 000) dans Altitude Infrastructure et XP Fibre a chamboulé le classement : 2,777 millions de prises (+255 000) pour Altitude Infrastructure et 2,435 millions (+256 000) pour XP Fibre. Orange Concessions suit avec 2,271 millions de prises (+206 000) , devant Axione, la filiale de Bouygues Construction, avec 2,238 millions de prises (+127 000). Depuis un an, l'ARCEP ne publie plus le nombre de prises éligibles à plus de 1 seul opérateur (mutualisation).

Mis à jour le
 
 

Bon Plan Mobile

Syma
Forfait 50Go à 9,99€ :
profitez d'un forfait complet avec appels vers l'international

Voir l'offre