Infos - Souscription

09 75 18 80 51

[Brève] Vers la fin de France Ô

Illustration avec un téléviseur et une télécommande

Le gouvernement a annoncé les objectifs d'économie des services audiovisuels publics. France Télévision perdra deux chaînes, France .4 et France .Ô, et mettra en commun dans la matinale de France .3-France Bleu et la conversion de plusieurs pistes en numérique.

Dans le cadre d'un plan de réduction des coûts, le gouvernement a annoncé des économies de 190 millions d'euros dans l'audiovisuel public d'ici 2022. Sur les 190, France Télévisions (.2, .3, .4, .5, .Ô, .1ere et franceinfo: tv) devront réduire leurs dépenses de 160 millions. RadioFrance (France Inter, France Culture, France Musique, France Bleu, FIP, Mouv' et franceinfo: radio) devra réduire de 20 millions d'euros tandis que les autres services de l'audiovisuel public devront économiser 10 millions d'euros : arte France, Institut National de l'Audiovisuel (INA), TV5 Monde et France Médias Monde (France 24, RFI et MCD).

Les changements dans les chaînes France Télévisions et reconversion en numérique

Pour obtenir les 190 millions d'euros, le gouvernement veut l'arrêt de la chaîne sur l'outre-mer, France .Ô (sur le canal 19 de la TNT), afin de renforcer le réseau des chaînes Les .1ere en outre-mer et intégrer les programmes mettant en avant les outre-mer sur les autres chaînes du groupe France .tv (.2, .3 et .5). Les dotations (10 millions d'euros) pour les programmes d'outre-mer seront conservés.

France .4, la chaîne jeunesse et pour les adolescents, sera retirée de la diffusion de la TNT (canal 14). Le ministère veut la convertir en plateforme numérique à destination de la jeunesse, à l'instar de TFOU Max de TF1. La BBC avait mené sa chaîne BBC 3 dédiée aux ados sur une plateforme numérique, avec pour conséquence une perte de 80% des audiences, tandis que la BBC a maintenu sa chaîne jeunesse CBBC et a développé une chaîne jeunesse pour les bébés (CBeeBies).

France .3 est appelé à augmenter les plages régionales (tripler ses plages à 6h par jour). Pour augmenter ce temps, des matinales communes France .3-France Bleu seront produites dans les régions. Des tests seront menés à Paris et à Marseille. La mise en commun des matinales va permettre des économies sur les deux groupes (France .tv et RadioFrance).

Les plateformes numériques seront également revues avec deux projets : une sur la culture qui reprendrait CultureBox et une sur la jeunesse qui reprendrait Ludo et France .4.

Les conséquences pour les bouquets TV

Avec les décisions du gouvernement, les bouquets TV vont perdre d'ici 2020, les deux chaînes de France .tv (France .4 et France .Ô sur les canaux 14 et 19). Cependant, le canal 14 ou 19 pourra être repris par la chaîne d'information en continu du groupe, franceinfo: tv. Dans les deux cas, franceinfo: bénéficiera d'une meilleure place sur la TNT et de la possibilité de diffuser en HD : LCI sera menacé en étant en dernière position de la TNT tandis que BFM TV et CNews seraient menacés en cas de reprise du canal 14.

Dans les deux situations, un des canaux sera redistribué à un autre acteur. Mais certains groupes ont déjà atteint leur quota de chaînes sur la TNT (TF1 -5- et Canal -7-). De plus, le CSA pourrait faire appel à des chaînes jeunesse pour remplacer France .4, face à Gulli (Lagardère) : la liste de choix pourrait se limiter à Boomerang ou Boing (Turner), Disney Channel, Nickelodeon (Viacom) ou Mangas (groupe AB) dans les existants, mais certains groupes pourraient créer une chaîne jeunesse spécialement.

 
Partager sur Facebook  Partager sur Twitter  Partager sur Google Plus 

Vous souhaitez recevoir nos actualités par mail ? Abonnez-vous à notre newsletter :

En remplissant ce formulaire, j'accepte que les données renseignées soient collectées par Selectra, uniquement pour l'envoi de la newsletter. En savoir plus sur le traitement de mes données

×

Où vont mes données ?

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé, sous la supervision de notre responsable de traitement des données, dans le but de vous communiquer les newsletters de votre choix. Elles sont conservées jusqu’à trois ans après votre dernière interaction avec nos services et sont destinées au service marketing.

Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : contact@selectra.info. Nous ne communiquons jamais vos coordonnées à un tiers, sauf autorisation expresse de votre part.