La MEITO : Mission pour l’Electronique, l’Informatique et les Télécommunications de l’Ouest

La MEITO - Mission pour l’Electronique, l’Informatique et les Télécommunications de l’Ouest - a vu le jour en 1986 sous le nom de “Maison de l'Électronique, de l’Informatique et de la Télématique de l’Ouest”, et a été dissoute en septembre 2016. Son champ d’action à l’origine bi-régional (Bretagne et Pays de la Loire) a finalement profité exclusivement à la région bretonne à partir de 2006, suite au retrait du soutien financier de la part du second acteur régional.

Le rôle de la MEITO

L’objectif de l’association était de participer au développement économique régional sur les différentes thématiques composant son acronyme. Au départ chargée d’animer les filières technologiques (création d’un annuaire d’entreprises et de laboratoires, diffusion d’informations, organisation d’actions collectives, participation à des salons spécialisés…), elle prend également part à partir de 2007 à des missions de type CRITT (Centre Régional d’Innovation et de Transfert de Technologie).

Ces nouvelles attributions de responsabilités se sont opérées dans le cadre du Contrat de Projet Etat-Région ayant pris place entre 2007 et 2013. Celui-ci a pour objectif d’accompagner le développement de projets d’aménagement du territoire, grâce à un engagement de programmation et de financement d’initiatives régionales. Les missions incombées à la MEITO dans cette période furent du domaine du conseil, d’expertises, ou encore d’appels à projets. A titre d’exemple, l’association a travaillé sur le croisement des différentes filières de l'electronique et du numérique ainsi que sur les relocalisations industrielles courant 2011-2012, et a également mis en place en 2014 un appel à projets sur le thème de la cybersécurité civile. Ces différents projets correspondaient systématiquement à des sujets d’actualité à fort potentiel économique pour les acteurs régionaux.

Il est possible de résumer le rôle de la MEITO au travers de 4 missions principales. La première, un travail de veille technologique constant et conséquent. Étant en relation permanente avec l’ensemble des acteurs régionaux - des entreprises aux centres de Recherche et Développement - la MEITO pouvait se targuer d’avoir une vue d’ensemble du marché et une connaissance parfaite de la filière. Une aubaine pour ceux souhaitant développer leur activité en région bretonne, car ils bénéficiaient alors d’une expertise régionale puissante et au fait des évolutions et opportunités du secteur.

Cette proximité avec les acteurs régionaux et ce constant travail de veille technologique ont rendu possible la réalisation de deux autres missions de l’association. En effet, une telle connaissance du terrain avait pour but de développer dans un premier temps des liens entre les différents acteurs régionaux susmentionnés, à savoir les entreprises, les laboratoires et les universités, en vue de croiser ingénieusement les différentes filières. Cette unification des savoir-faire allait quant à elle permettre par la suite d’animer et de promouvoir à tous les niveaux (régional, national, international) les compétences régionales de la région. Ainsi, la MEITO a fortement contribué au développement des différents acteurs régionaux et de la région elle-même.

Enfin, l’association était présente pour accompagner toutes sortes de projets et initiatives locales touchant au domaine de l'Électronique, de l’Informatique ou des Télécommunications (déploiement ADSL ou fibre optique, etc) au sein de la région bretonne. Ses réalisations lui ont valu en 2009 l’obtention du label “Cellule de Diffusion Technologique” par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

La dissolution de la MEITO

Malgré l’ambition d’une telle association vieille de plus de 30 ans, les difficultés financières de la MEITO ont conduit à sa dissolution en septembre 2016. En effet, il faut savoir que cet organisme a longtemps souffert de manière successive de déficits budgétaires chroniques. Le premier coup dur de l’association a été le retrait des financements de la région du Pays de la Loire, mais la Bretagne a continué d’assurer son développement. Cependant, cela n’ayant pas suffi à compenser les difficultés financières de la MEITO, les quatre conseils départementaux de la région Bretagne ont été contraints de s’accorder sur l’arrêt du financement de celle-ci, conduisant ainsi à sa dissolution.

Celle-ci s’accompagne du licenciement d’un tiers de ses effectifs, mais pas de la totalité car la MEITO a été en partie absorbée par un service du Conseil Régional en matière d’Innovation, le Bretagne Développement Innovation (BDI). De cette manière, les entreprises ayant bénéficié des actions de l’association ne souffrent pas de sa dissolution.

L’objectif est aujourd’hui le développement de secteurs d’avenir, en particulier en croisant les différentes compétences technologiques de chacun des acteurs bretons de l’électronique et du numérique avec d’autres secteurs d’activités. Il devrait en ressortir un accroissement de la compétitivité économique régionale.