Free Mobile pas si isolé que ça pour la 3G

C'est une manne financière à prendre en compte pour Bouygues Télécom, selon les propos tenus par Olivier Roussat hier lors de la conférence de presse pour la présentation de la nouvelle offre Ideo 24/24.

Pour Free Mobile, les jours se suivent et ne se ressemblent pas. En effet, le Journal Les Echos annonçait que le nouvel entrant dans la téléphonie mobile était en situation délicate, et qu'aucun opérateur mobile en place ne voulait sous louer ses infrastructures réseau pour l'acheminement des données sur leurs réseaux 3G. En 2012, pour l'ouverture de son réseau mobile, Free Mobile couvrira environ 25% de la population française. Pour pouvoir lancer une offre pérenne, il devrait alors conclure un accord d'acheminement avec un ou des opérateurs en place. Ceux-ci, selon le journal, refuseraient catégoriquement de négocier sur la 3G.

Free Mobile ne semblait pas plus inquiet que ça, et pour cause : les négociations ne sont pas fermé et sont justement en cours. Mieux encore, Bouygues Télécom s'est déclaré intéressé par l'acheminement de la 3G pour Free Mobile. Il s'agirait pour le troisième opérateur mobile d'une bonne opération pour amortir son propre réseau. Bouygues Télécom n'a pas déposé de dossier pour obtenir des fréquences supplémentaires pour la 3G, et pour cause. Celui-ci n'avait aucun intérêt à acheter de nouvelles fréquences. Son réseau est actuellement en sur-capacité par rapport à son nombre de client. Un accord d'acheminement avec Free mobile pourrait donc arranger ses affaires.

Alors pourquoi avoir annoncé que les négociations étaient fermée ? Simplement parce que chacun des partis tentes d'obtenir le meilleur accord possible pour lui même. Un accord d'itinérance pour un opérateur mobile est un revenu financier non négigeable. Free Mobile a intérêt à négocier vers le bas, tandis que les opérateurs en place veulent faire monter les prix.
Free Mobile

Commentaires