Une antenne WiFi perturbe les prévisions météo

Internet Brève
Logo ANFR

L'ANFR dévoile une nouvelle enquête : une antenne WiFi en 5GHz à Gaillac perturbe les mesures d'un radar météorologique à Montclar (Aveyron), 60 km d'écart.

L'Agence Nationale des FRéquences (ANFR) a publié une nouvelle enquête résolue. Après des problèmes de 3G/4G, l'enquête de la semaine concerne le WiFi et la météo. En effet, sur la bande des 5 GHz, le WiFi se situe à proximité de fréquences utilisées par les radars météo (pluie, neige, orage,...).

Le radar de Météo-France de Montclar en Aveyron détecte une zone de nuages fixes durant l'hiver. Basé à Toulouse, le service national de météorologie demande à l'ANFR de contrôler le problème et envoie son équipe locale. Le phénomène était localisé dans l'ouest du radar à moins de 100km du radar, mais la zone couvre les vallées d'Aveyron et du Tarn, dont l'agglomération d'Albi. Pendant le confinement, les équipes de l'ANFR interviennent sur site via un hélicoptère. Le réseau perturbateur est un réseau local WiFi mais sans identifiant de réseau (SSID). Avec l'hélicoptère, les équipements captent pas moins de 1901 réseaux WiFi 5GHz entre Montclar et Albi, rien d'étonnant, dont 16 perturbateurs possibles.

Durant le confinement, les techniciens d'ANFR se baladent dans les différentes zones autour d'Albi, pendant plusieurs jours. A chaque émetteur suspect, l'ANFR demande l'arrêt et teste depuis le radar. Ils en profitent pour réduire ou changer les réseaux perturbatrices. Le dernier réseau perturbateur sera le bon : à Gaillac, un émetteur WiFi sur un château d'eau était défaillant. Il émettait sur les mauvaises fréquences, mais également à pleine puissance ! Ce genre d'appareil doit comporter un DFS (système dynamique de sélection de fréquence) permettant d'éviter d'utiliser les fréquences des radars météo.

Commentaires