Le très haut débit fixe progresse malgré le début du confinement

Logo ARCEP

L'ARCEP a publié son observatoire du haut et très haut débit pour le premier trimestre 2020. Le début du confinement fin mars a peu affecté le déploiement et les abonnements.

L'ARCEP a publié son observatoire trimestriel sur le marché du haut débit et très haut débit pour le début de l'année 2020.

609 000 abonnés supplémentaires sur le trimestre en très haut débit

Au 30 mars, l'ARCEP compte 29,904 millions de lignes en haut et très haut débit, dont 145 000 nouveaux abonnés sur le trimestre. Le très haut débit (>30 Mbps) continue leur progression à 11,981 millions d'abonnés dont 604 000 sur le trimestre. La fibre FTTH (>100 Mbps) reste le moteur du recrutement avec 7,671 millions d'abonnés, dont 609 000 nouveaux abonnés sur le premier trimestre. Le FTTH gagne sur le THD (FTTLA) qui baisse à 1,152 millions d'abonnés, soit une perte de 29 000 abonnés en 2019 sur le dernier trimestre. Le très haut débit intermédiaire (30 < 100 Mbps avec VDSL, coaxiale, 4G fixe et THD radio) augmente à 3,158 millions, en hausse de 28 000 abonnés au premier trimestre.

Le très haut débit profite des migrations depuis le haut débit (DSL, satellite, coaxiale,...). Le haut débit (<30 Mbps) compte 18,388 17,923 millions d'abonnés, en perte de 465 000 abonnés sur le trimestre. L'ADSL est la principale perdante avec 17,809 343 millions d'abonnés, en perte de 466 000 sur le quatrième trimestre. Les autres technologies haut débit bénéficient d'une hausse de 5 000 abonnés sur le trimestre, à 580 000.

près de 6 millions de lignes FTTH grâce aux zones AMII

Au 30 mars, l'ARCEP compte 23,521 25,23 millions de lignes en très haut débit, dont 1,709 millions de nouvelles lignes sur le premier trimestre. Le réseau cuivre géré par Orange ne progresse pas dans son évolution vers le VDSL : le VDSL est disponible dans 5,950 millions de lignes. Sur le réseau câble, Altice France (Numéricable) continue de migrer ses services sur la fibre (FTTLA) : les lignes HFC (30 < 100 Mbps) diminuent de 30 000 lignes à 280 000 tandis que les lignes FTTLA augmentent de 40 000 à 9,28 millions.

Les opérateurs FTTH comptent 19,51 millions de lignes, en hausse de 1,11 millions de lignes sur le premier trimestre 2020. Sur le dernier trimestre, la zone AMII augmente à 704 000 lignes contre 363 000 lignes en zone RIP et 106 000 lignes en zones très denses. La mutualisation (au moins 2 opérateurs présents) concerne 17,586 millions de prises dont 1,415 millions supplémentaires sur le trimestre. En zones très denses, les opérateurs d'infrastructures (Orange, SFR, Free et Covage 92) ont déployé 5,9 millions de lignes sur les 6,5 millions estimés, dont 4,544 millions pour Orange, 798 000 pour SFR, 296 000 pour Free et 274 000 pour Covage 92 (bientôt dans le giron de SFR).

En zones moins denses AMII, les opérateurs d'infrastructure (Orange et SFR FTTH principalement) atteignent 9,825 millions de lignes sur les 17 millions de lignes à couvrir. Dans cette zone, Orange couvre 7,459 millions (+528 000 sur le trimestre) de lignes sur les 11 millions d'engagement, tandis que SFR couvre 1,621 millions (+157 000 sur le trimestre) de lignes sur 2,5 millions d'engagement.

En zones moins denses RIP, les opérateurs d'infrastructure atteignent 3,796 millions de lignes sur les 18 millions de lignes à couvrir. Les principaux opérateurs d'infrastructure sont Axione (948 000), Orange (710 000), SFR FTTH (620 000), Covage (607 000) et Altitude Infrastructure (567 000). Avec le rachat de Covage par SFR FTTH, la filiale de SFR prendra la tête des déploiements en RIP (1,227 millions cumulés).

Mis à jour le
 
 

Bon Plan Mobile

Syma
Forfait 140Go à 9,90€ :
profitez d'un forfait complet avec appels vers l'international

Voir l'offre