[Brève] Les conséquences d'un Brexit dur sur les télécoms

Téléphonie

<p>La chambre des communes du Royaume-Uni ont encore rejeté l'accord avec l'Union Européenne pour le Brexit. Quels sont les conséquences pour les clients des opérateurs français ?</p>

Prévu pour le 29 mars, le Brexit (BRitish EXIT ou Sortie des anglais) permet au Royaume-Uni de quitter l'Union Europénne. Mais la Chambre des Communes, l'Assemblée Nationale du Royaume-Uni, a rejeté pour la troisième fois un accord de transition formulé par la Commission Européenne pour la sortie du Royaume-Uni. Avec ce troisième refus, la Commission Européenne reporte le Brexit sans accord au 12 avril.

Avec la sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne, 4 destinations internationales (Angleterre, Pays de Galles, Ecosse et Irlande du Nord) ne deviennent plus concernés par les accords et les décisions de l'Union Européenne, notamment le RGPD et l'Eurotarif. Concernant l'Eurotarif, le Royaume-Uni devrait être retiré par les opérateurs mobile de la liste des destinations bénéficiaires de l'Eurotarif, c'est-à-dire avec les communications incluses depuis le Royaume-Uni vers le pays et les autres destinations de l'Union. Certains devraient garder le Royaume-Uni dans leur listes, car la destination était déjà incluse dans les forfaits avant la fin de la surfacturation de l'Eurotarif

Côté fixe, les services de téléphonie ne devraient pas bouger : les fixes du Royaume-Uni étaient déjà inclus dans la liste des forfaits fixe avant la naissance de l'Eurotarif. Par contre, les options avec des appels vers les mobiles de l'Europe risquent de ne plus inclure les mobiles du Royaume-Uni.

 

Commentaires