Infos - Souscription

09 75 18 80 51

[Brève] Canal et Free attaquent TF1

logo de MyTF1 avec les chaînes TNT du groupe TF1 en 2015  (TF1, TMC, NT1 et HD1)

Alors que la bataille a lieu face à Orange, le groupe TF1 fait face à deux nouveaux fronts : le groupe Canal+ et Free. Canal menace de couper le signal de TF1 sur ses services satellites et MyCanal tandis que Free s'attaque aux conditions financières des accords.

Le groupe TF1 a lancé l'offensive sur Orange en coupant l'accès à MyTF1 sur les Livebox. Mais les deux groupes suivants sur la liste de TF1, Canal et Free, ont lancé les tirs de semonces.

Dans une interview au Journal Du Dimanche, Maxime Saada, le directeur du groupe Canal+, ne veut pas céder au chantage du groupe TF1. De son côté, dans une interview au Figaro, Maxime Lombardini, le directeur général d'Iliad, explique que "les demandes de TF1 sont extravagantes !".

Canal se dit prêt à couper le signal des chaînes gratuites du groupe TF1 (TF1, TMC, TFX, TF1 Séries Films et LCI) sur ses services, que ce soit via le signal satellite ou les applications MyTF1. Mr Saada rappelle que Canal représente entre 15 et 20% de l'audience des chaînes gratuites de TF1. Pour le groupe Canal+, "le groupe TF1 profite indûment de sa puissance pour exiger des opérateurs qui diffusent ses chaînes gratuites", un "groupe qui a obtenu gratuitement la possibilité de diffuser ses chaînes en TNT" rappelle le DG de Canal+.

Free a préféré révéler les conditions financières du contrat de TF1 avec SFR et Bouygues Telecom. Ainsi, le groupe média de Bouygues Telecom compte sur le nombre d'abonnés aux services TV pour facturer les distributeurs. Ainsi, le groupe TF1 a demandé à SFR près de 15 millions d'euros mais TF1 reverse 4 millions pour les frais de distribution. Par une règle de 3, le Figaro a estimé la somme demandée par Orange à 26 millions d'euros, et à plus de 20 millions d'euros par Free et Canal.

Partager sur Facebook  Partager sur Twitter  Partager sur Google Plus 

Vous souhaitez recevoir nos actualités par mail ? Abonnez-vous à notre newsletter :