Infos - Souscription

09 75 18 80 51

[Brève] La FCC de Trump retire les règles sur la neutralité du net

Illustration avec un ordinateur portable sur les genoux

Par un vote, la FCC de Trump a décidé de retirer les dispositions imposées par l'administration Obama aux opérateurs américains sur la Neutralité du Net. Les opérateurs pourront prioriser et trier les flux de données de leurs clients.

Malgré la très forte opposition des géants de l'Internet, la FCC (Federal Communication Commission) sous l'administration Trump a voté pour la suppression des règles de la Neutralité des réseaux. Cette disposition avait été instituée en 2015 sous l'administration Obama. Le directeur actuel de la FCC, Ajit Pai, est un ancien avocat de l'opérateur Verizon.

La Neutralité du Net oblige les opérateurs télécoms à fournir un accès d'échange de données dans les meilleurs conditions possibles sans filtrage ni modification. Ces règles sont une extension de règles de confidentialité des courriers postaux. Elles sont peu transcrites dans les droits de pays et sont régulièrement attaquées par les Etats (qui voudraient voir le contenu des échanges) et les opérateurs télécoms (qui souhaitent prioriser le contenu de leur filiale ou de leur maison-mère).

Aux Etats-Unis, depuis 2008, les gros opérateurs américains (Comcast, AT&T, Verizon,...) ont tenté de tordre les règles de neutralité des réseaux afin de fournir plus facilement l'accès aux contenus maison (NBCUniversal pour Comcast, DirecTV et bientôt TimeWarner pour AT&T et Oath -Aol et Yahoo!- pour Verizon). En 2008, la FCC condamne Comcast pour avoir modifié des paquets BitTorrent tandis que Verizon avait obtenu l'annulation des premières règles de la Neutralité de la FCC en 2014.

Avec ce retrait des règles de la FCC, les opérateurs américains vont pouvoir prioriser les contenus ou facturer certains services indépendamment du reste, comme le fait actuellement MEO au Portugal, Bouygues Telecom avec le Bonus Sensation B.tv illimité, ou l'on fait Orange avec Deezer et SFR avec YouTube en France.

 
Partager sur Facebook  Partager sur Twitter  Partager sur Google Plus 

Vous souhaitez recevoir nos actualités par mail ? Abonnez-vous à notre newsletter :