Infos - Souscription

09 75 18 80 51

[Brève] SFR menace la région Grand Est sur le réseau RIP

illustration avec un schéma de réseau sur la France méropolitaine

Le câblo-opérateur menace la région Grand Est d'une concurrence du réseau RIP. Le Carré Rouge est prêt à créer un réseau Fibre parallèle à celui du RIP.

Le dossier du réseau régional de fibre optique de la région Grand Est est dans la phase finale de l'attribution de la délégation de service. Mais le dossier est devenu difficile pour un des acteurs.

Le Conseil Régional du Grand Est a lancé une procédure de délégation de service publique concernant un réseau très haut débit sur les territoires peu denses. L'opérateur désigné devra créer un réseau en fibre optique FTTH pour desservir toutes les communes n'étant pas dans une zone très dense ou une zone moins dense couverte par un opérateur privé (Orange ou SFR) ou un RIP déjà en cours . Ne sont également pas concernés les départements du Haut et Bas-Rhin, couverts par le réseau RIP ROSACE de l'ancienne région Alsace, géré par NGE-Altitude-CDC, et le réseau RIP de Moselle Numérique, géré par Orange. Le réseau créé par la région Grand Est concernera donc les habitants des 7 autres départements de la région (Ardennes, Aube, Marne, Haute-Marne, Meurthe-et-Moselle, Meuse et Vosges). Il s'agira du plus gros RIP de France avec 900 000 prises prévues et 1,3 milliards d'euros de budget.

Alors que de nombreux acteurs ont postulé à l'offre de délégation de service publique, la phase finale fait s'opposer SFR Collectivités et NGE-Altitude Telecom. Orange et Axione (groupe Bouygues) sont sortis dès le premier tour. Le ballottage est défavorable pour SFR et le gagnant devrait être NGE-Altitude, le gestionnaire de ROSACE. Apprenant la nouvelle, Michel Combes, DG d'Altice et PDG de SFR Group, a écrit à Philippe Richert, le président du conseil régional, une lettre que Les Echos se sont procurés. Ce dernier attaque sur l'objectivité de l'analyse des offres par la région. Il menace même de lancer SFR dans la course au déploiement dans le Grand Est si son offre n'est pas retenue. Ainsi, si NGE-Altitude vient à gagner l'appel d'offre, SFR ne connectera pas au réseau RIP géré par NGE-Altitude mais il en créera un autre sur ses fonds propres. Le président assure avoir le soutien d'Orange et du Crédit Mutuel (sous entendu EI Telecom avec NRJ Mobile et CIC Mobile).

Si Orange soutient SFR dans les zones moins denses AMII, il dément tout soutien dans ce dossier. La méthode de lobbying de SFR est aussi surprenante que "cavalière" (pour les Echos).

Partager sur Facebook  Partager sur Twitter  Partager sur Google Plus 

Vous souhaitez recevoir nos actualités par mail ? Abonnez-vous à notre newsletter :