Infos - Souscription

09 75 18 80 51

[Brève] Trump bloque le rachat de Qualcomm par Broadcom

Illustration avec une signature de contrat

Trump a signé un décret bloquant sous toutes les formes le regroupement de deux constructeurs de semi-conducteurs : l'américain Qualcomm et l'américano-singapourien Broadcom.

La situation entre Broadcom et Qualcomm ne pouvait pas être pire. Alors que les deux concurrents sur le marché des processeurs étaient prêts à fusionner pour 145 milliards de dollars, le président des Etats-Unis, Donald Trump, a signé un décret interdisant l'opération. La raison invoquée est la sécurité nationale.

Alors que le deal était prêt, Qualcomm avait repoussé l'assemblée générale de la société au 5 avril à la demande du Comité pour l'Investissement Etranger aux Etats-Unis (CFIUS) afin d'enquêter sur l'acquisition. Cependant, le même CIFUS a demandé au président de signer le décret. Le président et le CIFUS craignent un départ des brevets de Qualcomm (réseaux mobile, WiFi, CPU mobile,...) vers un état étranger.

L'annonce du décret intervient alors que Broadcom, basé à Singapour, comptait relocaliser son centre décisionnaire aux Etats-Unis, à son siège historique à Irvigne. L'actuel Broadcom est, en effet, issu de l'acquisition de Broadcom par Avago Technologies en mai 2015, lui même issu de la vente en 2005 d'une ancienne filiale d'Agilent Technologies, issue d'une scission de HP en 1999. Le rachat de Qualcomm aurait pu permettre le retour au pays des nombreux brevets détenus par l'américano-singapourien.

 
Partager sur Facebook  Partager sur Twitter  Partager sur Google Plus 

Vous souhaitez recevoir nos actualités par mail ? Abonnez-vous à notre newsletter :