Infos - Souscription

09 75 18 80 51

[Brève] SAIP dans le collimateur d'un sénateur

Illustration avec un téléphone mobile tenu en main

Le sénateur Jean Pierre Vogel (Les Républicains) a sorti un rapport très critique contre le système SAIP. Très lent, peu utilisé et consommateur de batterie inutilement. Il recommande l'usage des SMS-BC comme dans le reste du monde.

Mis en place suite aux attentats de novembre 2015, le Système d'Alerte et Information de la Population (SAIP) comprend le système d'alerte sonore, les sirènes d'alerte qui sonnent tous les premiers mercredi du mois à 12h pour maintenance, et une application mobile. L'application SAIP sur Android et iOS est lancée en juin 2016 pour l'Euro 2016. Hélas, l'application a multiplié les erreurs : grand retard dans la diffusion de l'alerte à Nice, fausse alerte à Paris et absence d'alertes sur plusieurs tentatives (les attaques sur des militaires au Louvre, à Orly ou à la Tour Eiffel, par exemple).

Le sénateur Les Républicains Jean Pierre Vogel est revenu sur l'usage de SAIP dans un rapport. Il est très critique envers l'application mobile : l'application est très limitée (Android et iOS) et consommatrice de batterie inutilement (notamment à cause de la géolocalisation). De plus, les alertes n'arrivent pas en temps et en heure, notamment à cause de la saturation des réseaux mobile. L'application a un objectif de 5 millions d'utilisateurs (sur Android et iOS) mais ne compte que 900 000 applications téléchargées et actives.

Le sénateur préconise l'utilisation du système Broadcast Cell (SMS-BC). Ce système est utilisé dans de nombreux pays dans le monde. Il permet d'envoyer un message, sous forme d'un SMS, depuis n'importe quelle antenne-relais d'une zone donnée quelque soit l'opérateur. Le message étant court et sur un protocole international, il ne subit pas les effets de la saturation des réseaux et fonctionne sur tous les téléphones portables, même ceux qui ne sont pas équipés d'une connexion Internet. Il n'est pas nécessaire de télécharger une application pour en profiter.

Mais le système SMS-BC coûte de l'argent. Il coûterait plusieurs dizaines de millions d'euros. Mais ni l'Etat ni les opérateurs mobile (Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR) ne veulent mettre la main à la poche.

Partager sur Facebook  Partager sur Twitter  Partager sur Google Plus 
achat groupé télécom Familles de France

Vous souhaitez recevoir nos actualités par mail ? Abonnez-vous à notre newsletter :