Infos - Souscription

09 75 18 80 51

L'ARCEP confirme le léger retard du programme Zone Blanche

illustration avec un schéma de réseau sur la France méropolitaine

L'Etat, les collectivités territoriales et les opérateurs se sont engagés à couvrir les zones blanches à 100% à la fin de l'année 2016. Cependant, l'objectif n'est pas atteint notamment à cause des collectivités.
 

Signé en 2015, l'Etat, les collectivités et les 4 opérateurs (Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR) s'étaient engagés à couvrir en 2G les centres-bourgs des communes en zones blanches d'ici la fin de l'année 2016 et en 3G d'ici juillet 2017. Afin de suivre son évolution, l'ARCEP tient un observatoire de la couverture des zones blanches.

En janvier 2017, l'ARCEP a constaté que seulement 92% des centres-bourgs concernés sont couverts par la 2G. Les opérateurs attendent des collectivités territoriales les 296 sites nécessaires pour la couverture en 2G dont 234 pour l'opérateur Free Mobile. Orange couvre 99% des sites désignés, SFR 98% et Bouygues Telecom 97%. 4 sites posent encore des problèmes d'accès pour les opérateurs.

Observatoire ARCEP Zone Blanche 12/2016

Observatoire des zones blanches au 12/2016

L'ARCEP recense 75% des centres-bourgs couverts en 3G. Les opérateurs attendent les sites 2G des collectivités pour les couvrir en 3G, soit 296 sites dont 234 pour Free Mobile. Bouygues Telecom couvre 84% des sites désignés, Orange 79% et SFR 76%. Les 3 opérateurs n'ont pas encore déployé leur matériel sur 669 sites (271 pour SFR, 248 pour Orange et 150 pour Bouygues Telecom). L'ARCEP appelle les opérateurs à poursuivre leurs déploiements d'ici juillet 2017.

Dans leur licence 800 MHz, les 3 opérateurs doivent couvrir 40% des zones peu denses en 4G d'ici le 17 janvier 2017. Les 3 opérateurs annoncent tenir leurs engagements : Orange 54%, Bouygues Telecom 52% et SFR 50%. L'ARCEP va procéder au contrôle des affirmations des opérateurs.

L'accord entre l'Etat, les collectivités et les opérateurs n'ont pas tenu leurs promesses en 2G, mais la faute semble en venir des collectivités territoriales. Ces derniers semblent ne pas trouver les sites utilisables pour la couvertures des quartiers. Il reste à espérer que les partenaires respectent l'engagement en 3G, mais cela ne semble pas bien engagé.

Partager sur Facebook  Partager sur Twitter  Partager sur Google Plus 

Vous souhaitez recevoir nos actualités par mail ? Abonnez-vous à notre newsletter :