Infos - Souscription

09 75 18 80 51

13% des internautes français en IPv6

L'IPv6 est le nouveau mode de communication sur Internet. Mais en France, les opérateurs développent peu cette solution : seulement 13% des abonnés bénéficient d'une plage d'adresses IPv6 selon l'ARCEP. SI Free et Orange sur le fixe sont bon élèves, le mobile n'utilise pas cette solution.

L'ARCEP a publié son premier observatoire de l'IPv6 en France. L'IPv6 est la nouvelle méthode d'adressage des appareils connectés. Le précédent protocole, IPv4, arrive à saturation et ne donne plus d'adresses disponibles au niveau mondial. Encore faut-il que les constructeurs d'équipements, les éditeurs de logiciels et les opérateurs télécom utilisent cette technologie. Cet observatoire de l'ARCEP doit permettre de suivre le déploiement de l'IPv6 en France.

Mas le premier constat est dur pour l'IPv6 : seuls 13,4% des internautes français utilisent le protocole IPv6. Le premier opérateur en France à utiliser l'IPv6 fut le FAI professionnel Nerim en 2003. Free propose l'IPv6 depuis 2007 en ADSL dégroupé et FTTH. L'association FDN lui a emboîté le pas en 2008. Il faudra ensuite attendre 2012 pour voir apparaître OVH et SFR mais limité au FTTH pour ce dernier. Après des tests chez Wanadoo et en interne, Orange a déployé l'IPv6 au début de l'année sur le FTTH et le VDSL. Bouygues Telecom et Numericable n'utilisent pas encore l'IPv6 sur leurs box. Sur le réseau mobile, aucun des opérateurs ne propose d'IPv6.

Le taux d'utilisation de l'IPv6 atteint 24% pour Free, 16% pour Orange, 1% pour Bouygues Telecom et 0,5% pour SFR. Si Orange a décidé d'activer IPv6 par défaut, Free et SFR proposent l'activation en option dans les paramètres de la Freebox et de La Box. Pour Bouygues, l'opérateur prévoit de lancer l'IPv6 en 2017. Depuis le rachat par Numericable, l'IPv6 n'est plus d'actualité sur La Box.

Pourtant, les équipements sont prêts : Windows, macOS, Linux, iOS et Android sont compatibles IPv6 tandis que les sites web sont compatibles à 56%, les intermédiaires à 70% et les infrastructures DNS à 60%. Pour l'utilisateur, cette transition est transparente. Les opérateurs avec IPv6 fournissent une solution 'dual stack', c'est-à-dire avec une adresse IPv4 et une adresse IPv6. Du coup, ils peuvent accéder aux sites Internet en IPv6 tout en gardant la possibilité d'y accéder en IPv4.

En Europe, la France est dans le peloton. La Belgique est le bon élève avec 47,40% de taux d'utilisation, suivie par la Grèce (28,6%), l'Allemagne (26,8%) et la Suisse (26,6%). La France est accompagnée du Portugal (17,30%), le Royaume-Uni (15,80%) et la Finlande (11,5%).

Avec cet observatoire, l'ARCEP va pouvoir aider les opérateurs à faciliter leur transition vers l'IPv6. L'année 2017 devrait voir l'accélération de l'IPv6

Test d'éligibilité et Souscription - Service Selectra : 09 75 18 80 51 (lundi-vendredi 9h-21h ; samedi 10h-19h)
Me faire rappeler gratuitement.

Partager sur Facebook  Partager sur Twitter  Partager sur Google Plus 

Vous souhaitez recevoir nos actualités par mail ? Abonnez-vous à notre newsletter :