Infos - Souscription

09 75 18 80 51

[Brève] Premier cas de censure administrative en France

La France a lancé la censure d'un site Internet pro-terroristes islamistes chez plusieurs opérateurs.

Prévue dans la Loi pour la lutte contre le terrorisme de 2014, les autorités françaises peuvent bloquer l'accès aux sites Internet lorsque ces derniers font l'apologie ou la provocation au terrorime mais également à la pédopornographie. Le Ministère de l'Interieur demande aux FAI de bloquer une liste de sites Internet, sans que le juge ne détermine la licité du site. Conformément au décret pris dans ce cadre, les FAI ont l'obligation de renvoyer les lecteurs du site vers une page préparée par le ministère à cette effet.

Détecté par le journaliste de RFI David Thomson, le site pro-jihad Islamic-News.info est maintenant redirigé vers une page du Ministère de l'Intérieur. Le message indique "VOUS AVEZ ÉTÉ REDIRIGÉ
VERS CE SITE OFFICIEL CAR VOTRE ORDINATEUR ALLAIT SE CONNECTER À UNE PAGE DONT LE CONTENU PROVOQUE À DES ACTES DE TERRORISME OU FAIT PUBLIQUEMENT L'APOLOGIE D'ACTES DE TERRORISME" avec une main rouge. La page explique pourquoi le blocage a été mis en place et l'existence d'un recours. Si la page du site est explicite, la forme prise est assez peu caciliable : outre une faute de grammaire digne d'un spam nigérien, l'utilisation de la main rouge fait se souvenir du groupe armée La Main Rouge qui s'est opposé dans les années 1950 à l'indépendance du Maghreb en tuant des indépendantistes.

Pour la mise en place, le Ministère a obligé les FAI notifiés (Orange, Numericable-SFR, Free, Bouygues Telecom notamment) à rediriger les lecteurs du site vers la page en utilisant les DNS. Ainsi, en utilisant les DNS de son opérateur, les clients sont envoyés sur la page du ministère. Sur les autres, la redirection n'est pas mise en place. Selon Stéphane Bortzmeyer, architecte système et réseaux, les DNS des opérateurs sont devenus des DNS menteurs. Il a également déniché les adresses des pages du ministère: celle pour le terrorisme, celle pour la pédopornographie et la page générique pour les contenus illicites. Comme le système est basé sur les DNS, un simple changement de serveurs DNS permet de faire sauter la redirection.

Normalement, cette procédure de blocage doit être utilisée si le site ne s'est pas conformé à la demande du Ministère et que son hébergeur est inconnu ou n'a pas optempéré. Or, pour le cas du site pro-jihad, l'hébergeur est très connu : OVH (comme ce présent site). Octave Klaba, le fondateur de l'hébergeur, s'étonne que le Ministère ne l'ait pas contacté pour une demande de fermeture du site en bon et du forme.

 
Partager sur Facebook  Partager sur Twitter  Partager sur Google Plus 

Vous souhaitez recevoir nos actualités par mail ? Abonnez-vous à notre newsletter :